SANTE

Le dispensaire d’Ambatofotsy

Le dispensaire d’Ambatofotsy est un lieu indispensable à la survie du village et de ses environs car c’est le seul lieu de soins pour cet endroit très enclavé (coupé du monde quand la piste est impraticable durant la saison des pluies).

Grâce au travail acharné de Sœur Honorine, des bébés sont sauvés, des enfants soignés peuvent être scolarisés, des adultes dépistés (lèpre, tuberculose…) sont guéris et reprennent leur travail pour nourrir leur famille. Dans ce contexte tous les dons sont vraiment très utiles.

En 2017 des travaux ont été réalisés pour agrandir le dispensaire d’Ambatofotsy devenu trop exigu face à l’affluence sans cesse grandissante de malades. 

L’affluence d’environ 50 patients par jour, a également rendu nécessaire la présence d’une personne supplémentaire pour seconder sœur Honorine : en novembre 2019 Soeur Karine (Aide-soignante est venue remplacer sœur Simonette . En octobre et novembre 2019, Mireille et Damien Coiffet (deux infirmiers indépendants en région viennoise) sont également venus aider bénévolement les deux sœurs ce qui a permis une connaissance plus approfondie du fonctionnement et des besoins du dispensaire. Par ailleurs, au mois de juin, grâce au concours de M. et Mme Girod (opticiens KRYS de Vienne) Sœur Honorine a été formée au test de vue et a pu équiper une quinzaine de personnes en lunettes adaptées.

Chaque année, OTM aide au fonctionnement du dispensaire en l’approvisionnement en médicaments et consommables.

Aujourd’hui les besoins urgents sont nombreux et votre aide serait bienvenue :

  • Du lait maternisé 1er âge, (besoin annuel 300 boites de 900gr) indispensable pour sauver les bébés ayant perdu leur mère à la naissance (10% des accouchements) ou ne pouvant être allaités pour diverses raisons (dénutrition de la mère, maladies…etc). Beaucoup de bébés arrivent dans un état catastrophique.

En 2019 :  de l’attente devant le dispensaire

En 2019 :  triplement des surfaces des étagères de la pharmacie

Dispensaire avant agrandissement

Dispensaire après agrandissement en 2017

Pharmacie avant travaux

Pharmacie après travaux

Salle de consultation avant et après travaux

Le Préventorium de Fianarantsoa

Ce centre que nous connaissons par Isabel Jost (kinésithérapeute de Paris), membre très active d’OTM, a dû opérer une vingtaine d’enfants souffrants de pieds-bots en 2019. Le financement en a été assuré par OTM en urgence pour cette année. Cette intervention ne devrait pas se pérenniser car OTM est en train de réaliser des démarches pour que les sœurs de l’évangiles retrouvent les financements perdus auprès de Monaco. Dans cette attente OTM prendra en charge le remboursement des médicaments des opérations au docteur Fafah (Chirurgien fonctionnaire de l’état malgache) qui opère gratuitement les patients du préventorium. Les plâtres sont financés par une association australienne ALFA.

Centre des sœurs de l’Evangile de Tananarive

Parrainage hospitalisation :

En 2018, le parrainage hospitalisation a été mis en place en lien avec la congrégation des Sœurs de l’Evangile dans le quartier le plus pauvre de Tananarive. Il s’agit de prendre en charge le financement d’opérations d’enfants ou adultes atteints de pathologies graves pour des opérations réalisées à l’hôpital de Tananarive. Chaque opération coûte 110 €.

25 nouvelles opérations chirurgicales ont été réalisées grâce aux bénéfices d’un loto organisé par le conseil municipal des enfants de Seyssuel en septembre 2018.

La continuité de ce parrainage sera assurée en 2019 grâce au bénéfice du loto organisé par le conseil municipal des enfants de Seyssuel. OTM soutient l’action de l’association de Matthieu Rade dont le but est de financer les études de médecine à Madagascar d’étudiants malgaches d’origine pauvre.

OTM prendra en charge la formation d’un étudiant (800 € / an sur 6 ans) afin qu’il exerce à terme pendant un an à Ambatofotsy.

Dispensaire :

OTM commence également a fournir en médicaments le dispensaire des Sœurs de l’Evangile de Tananarive animée par Sœur Nella. Ce dispensaire souffre également de manques de moyens pour assurer sa mission.